Mois de la jeunesse africaine : Faisons le point sur les engagements de l'Afrique envers les jeunes !

1st November 2021
Youth africa

Par Anita Nyanjong et Claudia Lawson.

Cela fait maintenant un peu plus de 15 ans que l'Assemblée des chefs d'État de l'Union africaine a adopté la Charte africaine de la jeunesse à Banjul, en Gambie. Bien que cette Charte fournisse un cadre stratégique visant à renforcer de manière significative la participation des jeunes dans l'agenda de développement de l'Afrique, les idéaux de cette Charte doivent encore être réalisés par les jeunes, dans toute leur diversité.

En effet, le programme de développement de l'Afrique doit être lié à la santé et au bien-être de ses jeunes. Le rapport des Nations unies sur les projections démographiques mondiales fait état d'une augmentation progressive du nombre de jeunes âgés de 15 à 24 ans en Afrique depuis 1952, et cette augmentation n'a cessé de croître au fil des ans. Le rapport prévoit également que d'ici 2030, plus de la moitié des pays d'Afrique connaîtront une augmentation de plus de 40 % du nombre de jeunes. Ces chiffres démontrent la nécessité d'un engagement plus significatif des jeunes qui seront la force motrice de l'agenda de développement du continent.

La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) des jeunes en Afrique sont un sujet qui nécessite une réflexion approfondie et une priorité particulière de la part de toutes les parties prenantes. Les besoins des jeunes en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) sont le plus souvent négligés en raison d'une myriade de facteurs, notamment les coutumes et les tabous qui entravent leur accès aux contraceptifs, les législations sur le consentement parental ou conjugal, les services de SSR qui sont inadéquats ou mal adaptés pour répondre à la diversité des besoins des jeunes. En outre, les adolescents et les jeunes manquent d'informations sur l'hygiène menstruelle, les différents types d'IST, la contraception, la prévention de la violence sexuelle, entre autres sujets. Ces informations sont pourtant essentielles pour leur permettre de prendre des décisions en connaissance de cause et les doter des compétences dont ils ont besoin pour profiter pleinement de leurs DSSR. Cette situation problématique a été aggravée par la pandémie de COVID-19, qui a exacerbé la vulnérabilité des jeunes, nombre d'entre eux étant exposés à la violence sexuelle et sexiste, à l'exploitation sexuelle, ainsi qu'à la fermeture des cliniques et autres services d'aide d'urgence. Avec la fermeture de nombreuses écoles, les adolescentes et les jeunes femmes ont été particulièrement touchées et les grossesses précoces ont augmenté en raison des violences sexuelles et du manque d'informations sur la SSR. 

Par conséquent, cette année, alors que l'Union africaine consacre le mois de novembre à la jeunesse africaine sous le thème "Définir l'avenir aujourd'hui: Des solutions menées par les jeunes pour construire l'Afrique que nous voulons", il est essentiel que le continent réfléchisse et agisse en fonction de son engagement envers les jeunes, tel que souligné dans son agenda 2063 et plus particulièrement dans la Charte africaine de la jeunesse. Les jeunes en Afrique ne sont pas vulnérables, mais on les rend vulnérables lorsqu'ils ne sont pas impliqués, entendus, engagés, autorisés à diriger, capables de partager leurs idées sur ce qu'ils veulent voir du continent dans les années à venir et dotés des connaissances et des informations nécessaires pour faire leurs propres choix et déterminer leur destin, notamment en ce qui concerne leur SDSR. 

Youth

L'Afrique ne manque pas de jeunes capables de diriger, d'apporter le changement que nous souhaitons et de contribuer à faire avancer le programme de développement de l'Afrique. Au Ghana, le Mouvement d’Action des Jeunes (MAJ), un réseau national de jeunes menant et promouvant la SDSR des jeunes, s'est défini comme un mouvement par et pour la jeunesse ghanéenne. Le plaidoyer du mouvement en faveur de l'information et des services de SDSR et des jeunes a conduit à une augmentation du nombre de jeunes occupant des postes de direction, faisant campagne et engageant le gouvernement sur la SSR. Le MAJ a plaidé pour un changement positif dans l'accès aux services adaptés aux jeunes au niveau communautaire. Cela a conduit à une augmentation du nombre de cliniques offrant des services de SSR adaptés aux jeunes au Ghana. Le mouvement a également complété les efforts du gouvernement en fournissant des informations et des services de SDSR à la population générale, en particulier aux adolescents, aux femmes, aux hommes et aux groupes vulnérables, y compris les personnes vivant avec un handicap. Le MAJ participe aussi activement à la mise en relation des jeunes avec les services par le biais du programme de sensibilisation organisé par le programme de l'Association de planification familiale du Ghana, intitulé "YENKASA", qui signifie "parlons" en langue locale Twi. Depuis sa création en 2020, le centre de contact a répondu aux besoins et aux défis en matière de SDSR de milliers de jeunes au Ghana.

Les jeunes d'Afrique continuent de démontrer qu'ils sont capables et prêts à être les moteurs et les partenaires du programme de développement de l'Afrique, y compris dans le domaine de la SDSR. Il appartient maintenant aux dirigeants et aux institutions de l'Afrique de leur accorder la confiance et l'espace qu'ils ont recherchés et mérités.

Anita Nyanjong, Lead Global, Jeunes de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale, bureau Afrique (IPPFAR)

Claudia Lawson, Présidente du Mouvement d’Action des Jeunes du Ghana